La terre du Magicien – Lev Grossman

LES INFOS UTILES

La terre du Magicien

Titre : La terre du Magicien (les magiciens tome 3)

Auteur : Lev Grossman 

Date d’édition : Juin 2016

Nombre de page : 512

Maison d’édition : L’Atalante

Collection : La Dentelle du cygne  – ISBN : 9782841727513  – Prix : 23 €

Autres informations : Une série adaptée de la trilogie existe. Elle est diffusée sur SyFy et se nomme les Magiciens. 2 saisons sont disponibles, une troisième est en cours de tournage.

 

LE RÉSUMÉ

Quentin a tout perdu. Privé de sa couronne, chassé du royaume de Fillory qui lui est désormais interdit, irrémédiablement séparé de ses amis les plus chers, il n’est plus qu’un marginal errant sans repères et sans espoir. Retourner à Brakebills, le foyer de son apprentissage, pour y enseigner à son tour ? Ce ne sera qu’un amer feu de paille. Alors pourquoi ne pas s’acoquiner avec ce groupe hétéroclite de magiciens à la petite semaine, recrutés pour s’emparer, façon commando, d’une valise mystérieuse au contenu peut-être bien inestimable ?

De pérégrinations en découvertes, de secrets enfouis en révélations éblouissantes, il est vrai que tous les chemins mènent à Fillory. Fillory qui se meurt. La fin des temps est annoncée ; les nouveaux souverains ont entrepris une quête désespérée…

« La Terre du magicien est le plus puissant des livres de la trilogie. Non seulement il donne aux quêtes de Quentin Coldwater une conclusion qui nous comble, mais il se penche sur des problèmes complexes tels que l’identité et la personnalité, dans une démarche aussi profonde que réjouissante. » Edan Lepucki, The New York Times Book Review

 

CE QUE J’EN PENSE

Nous y voilà donc, le dernier tome, la fin d’une trilogie qui m’aura fait rêver jusqu’au bout.  J’aurais mis un sacré moment à me décider de lire ce dernier tome, mais j’ai toujours du mal à dire au revoir à des personnages auxquels je me suis attachée au fil des pages. Mais pourtant Dieu sait que j’aime les fins. Mais je crois que je n’étais pas prête à terminer cette série. J’aime les fins autant que je les déteste. On a le droit au grand bouquet final, à la grande bataille, mais aussi aux plus déchirants adieux. Mais bon, je ne suis pas là pour vous parler de ce que j’aime ou déteste en littérature, je suis là pour vous parler de ce dernier tome, de la Terre du Magicien.

 

Ce tome nous permet de voyager entre deux mondes :

Nous suivons Quentin après son bannissement de Fillory. Il retourne à Brakebills pour y enseigner, mais par un ensemble de circonstances, même l’école qui a fait de lui ce qu’il est, ne veut plus de lui. Quentin est seul, sans lieu où se réfugier. C’est à ce moment-là qu’il trouve une lettre, lui proposant de se rendre à un mystérieux rendez-vous.

Perdu, plus seul que jamais et hanté par son passé, Quentin se rend à ce rendez-vous et se retrouve enrôlé dans un groupe de mercenaires qui ont pour mission de voler une mallette pour le compte d’un mystérieux client. Pensant avoir tiré un trait définitif sur Fillory, le jeune homme remarque rapidement que l’univers de ses romans d’enfance n’en a peut-être pas terminé avec lui.

tumblr_static_tumblr_static_5hvo3wvoru8sw8so0880c0ggg_640

En parallèle, nous suivons les aventures des souverains de Fillory, c’est-à-dire Eliott, Janet, Poppy et Josh. Nous allons plus particulièrement suivre Eliott et Janet, partis dans une quête suite à une révélation d’Ambre, le dieu bélier du monde qu’ils gouvernent.
Fillory est en train de mourir. Les deux souverains, dans leur quête, rencontrent eux aussi des personnages appartenant à leur passé mais aussi font un bilan sur les changements opérés dans leur vie depuis leur arrivée sur cette terre.

 

Ces deux histoires, ces deux quêtes, vont finalement se croiser et nos amis vont comprendre que la clé qui permettra de résoudre leur problème se cache dans les origines de Fillory, dans le passé de ceux par qui ce monde a été connu de tous, ceux qui ont fait découvrir Fillory à tous, c’est-à-dire les Chatwin.

 

J’avais une certaine appréhension quant à ce dernier tome. J’avais peur d’être déçue, peur que ce tome ne m’emmène pas là où je le souhaitais.

Mais je suis plus que satisfaite de ce dernier tome. Il clôture avec une telle beauté les aventures de Quentin ! Ce dernier fini enfin par avoir son Happy Ending, car je dois bien l’avouer, à la fin de chaque aventure sur Fillory, notre personnage principal en prenait pour son grade, c’est toujours à lui qu’arrivaient les malheurs. Je sais que les épreuves qu’il a endurées lui ont permis de devenir l’homme qu’il est à la fin du récit, mais voilà, j’aurais voulu que le sort s’acharne un peu moins sur lui et qu’il ait, lui aussi, à un moment le droit de goûter à la victoire. Et ce fut enfin le cas dans La Terre du Magicien.

J’ai adoré que, dans ce roman, nous suivions d’un côté Quentin sur Terre et de l’autre Eliott et les autres souverains de Fillory. J’ai beaucoup apprécié le fait que deux quêtes pourtant diamétralement opposées finissent par être liées. Au fil de la lecture, on prend conscience de certains événements des tomes précédents et on comprend leurs impacts dans le dénouement.

J’ai grandement apprécié que certains personnages oubliés fassent leur retour dans ce tome, pour qu’on puisse également leur faire nos adieux. Et c’est fou de voir leur évolution depuis le tout premier tome. On a l’impression d’avoir passé des années avec eux, d’avoir vécu mille aventures alors qu’il n’y a eu que trois tomes.

-Julia-Wicker-the-magicians-40330486-300-169

J’ai peut-être eu un seul regret dans cette histoire, c’est d’avoir passé trop peu de temps avec Julia. J’aurais aimé un ou deux chapitres sur elle et sur ce qu’elle est devenue. Nous n’avons le droit qu’à une ou deux explications et je trouve que ça ne rend pas justice à son personnage. C’est un des personnages qui a le plus changé, le plus évolué dans l’histoire et j’aurais voulu en apprendre plus.

 

 

UNE CITATION

– J’étais parfaite. J’étais immortelle. J’étais heureuse. Tu m’as pris tout cela. Tu t’attendais à des remerciements ? C’est ça ? Je ne voulais pas redevenir humaine, mais tu m’as traînée de force dans ce corps.

Elle leva les mains comme si c’était de la viande de mauvaise qualité, des abats de boucherie.

– J’ai tout perdu par deux fois. La première, j’ai tout sacrifié. Mais la seconde, tu m’as tout volé.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :